MUNA MUSSIE

Milite Ignoto (2015) + OASI (2018)

 

7 Décembre 18h (en ligne)

Dans le cadre des Giornate del contemporaneo, organisées par l'AMACI

Lien Zoom

Commissariat de Simone Frangi

Le travail de Muna Mussie, entre geste, vision et parole, explore les langages de la scène et des arts du spectacle pour donner forme à la tension qui surgit entre différents pôles expressifs. L’artiste érythréenne basée à Bologne commence sa carrière artistique en 1998, avec une formation de comédienne interprète au Teatrino Clandestino et au Théâtre Valdoca. De 2001 à 2005, elle participe activement au groupe de recherche Open, un projet avec lequel le désir d'explorer d'autres possibilités d'être sur scène a commencé à mûrir. Depuis 2006, elle conçoit des œuvres dont elle s'occupe aussi de la mise en scène et de l'interprétation : Madrepatria (2006), Più che piccola, media (2007), FFMM (2007), Con permesso (2008), 1PER1 (2009), Ti ho sognato, ma non eri il protagonista (2009) et Primavera 2009. Elle s’installe ainsi à Bruxelles, où elle réalise Monkey See, Monkey Do (2012) pour deux interprètes jumeaux. Elle imagine ensuite l'installation et la performance Milite Ignoto (2015), les performances Oasi (2018), Curva (2019) et Curva Cieca (2020), qui enquêtent les apparitions fantomatiques et l'histoire mineure. Son travail a été présenté à Art Fall / PAC Ferrara, Raum and Live Arts Week Bologna, Sandretto Re Rebaudengo Foundation Turin, Marino Marini Museum Florence, Workspace Brussels, MAMbo Bologna, Santarcangelo Festival, Ipercorpo Festival, Museion Bolzano, ERT Bologne, Vie Festival, Art City Artefiera Bologna.

Muna Mussie 

Présentation de Milite Ignoto et Oasi + Conversation avec Simone Frangi

 

Introduit par le curateur de l’exposition Rue d’Alger Alessandro Gallicchio, ce webinaire présentera une adaptation audiovisuelle live de Milite ignoto (2016) et Oasi (2018), deux projets performatifs de l’artiste italo-érythréenne Muna Mussie qui, au cours de l’événement, sera en conversation avec le curateur et théoricien Simone Frangi. 

 

Milite Ignoto alimente de manière indirecte la réflexion sur la fonction des tensions ethniques et raciales dans la construction d’imaginaires nationaux italiens, en la plongeant dans la relation coloniale que l’Italie a établie avec l’Érythrée, définie par le Fascisme colonia primigenia. Mussie construit son travail critique en opérant sur cette coïncidence linguistique entre le Tigrinya et l’Italien qui lie la figure nationaliste italienne du Milite inconnu à la grand-mère de l’artiste, Milite Ogbazghi. Alors qu’en italien milite signifie soldat et se réfère à ces compatriotes qui avaient « donné leur vie pour la grandeur de leur Italie », en Tigrinya « Milite » signifie « Maria », nom propre qui lie dans une seconde coïncidence la figure de la grand-mère - grandie dans le contrecoup de la colonisation italienne - avec Maria, la mater dolorosa, qui avait perdu la « chair de sa chair » dans la bataille. La performance de Mussie explore avec l’aide de son frère Sherif les archives photographiques de Milite Ogbazghi et ses mémoires de l’Érythrée (parmi lesquelles figurent les relations de force entre locaux et colons italiens) et les mémoires de son arrivée en Italie, révélant subtilement la violence coloniale qui lie encore l’Italie à ses anciennes colonies.

 

Dans Oasi, Muna Mussie développe la figure du fantôme que la grand-mère de l’artiste évoque à la fin de Milite Ignoto pour définir le statut de l’existence de certaines subjectivités dans les espaces urbains occidentaux. Dans sa perspective, ces présences fantomatiques seraient en effet les résidus du travail de l’histoire qui les a traversés et qui continue à les traverser. Dans le récit de Milite Ogbazghi, le fantôme s’approche d’une deuxième figure qui hante son imaginaire, qui est celle de l’animal sauvage, systématiquement exotisé par les désirs de le posséder. Oasi réfléchit en fait également sur les phobies matérielles et les phobies sociales qui règlent nos imaginaires de cohabitation : la perversion de la phobie émerge ici comme une forme de rejet et au même temps de construction biologique d’un ennemi et incarne plusieurs formes d’inconscient social et géographique. Issu de l’histoire personnelle et familiale de l’artiste, le topos de l’ « oasis » est au même un lieu de transition migratoire - qui jour le rôle de charnière entre les déplacements post-coloniaux et le les fuites contemporaines depuis l’Érythrée par le Sudan - et une métaphore de protection provisoire. Dans l’économie de la performance de Muna Mussie, cette ambiguïté est incarnée par une boule transparente qui l’héberge avec son frère Sherif et qui est habituellement commercialisée comme une structure apte aux cérémonies en plein air, à la vie dans la nature, aux spectacles mais aussi à l’habitation temporaire dans des territoires de guerre.

     

La conversation entre Muna Mussie et Simone Frangi a comme but celui de dévoiler les ambitions d’une pratique artistique qui vise à la reconstruction de la complexité historique et à la mise en place d’un positionnement politique qui refuse les assignations (en particulier celle radicalisantes) par le biais d’un travail qui demeure difficilement codifiable et illisible. Muna Mussie propose en fait de contrer les stratégies hégémoniques de simplification avec la tactique de la stratification e de la « clarté symbolique » au niveau du geste et des images pour produire au même temps une désorientation définitoire. Dans ce contexte, Mussie déploie des méthodologies généalogiques matriarcales pour affaiblir le décalage entre compte rendu « objectif » de l’histoire et historicisation personnelle et pour interrompre le rythme patriarcale et raciste de l’organisation coloniale du monde.      

 

Simone Frangi   

 

Ce projet a bénéficié du soutien de l'Istituto Italiano di Cultura - Marseille

RUE D’ALGER

Manifesta 13 Marseille - Les Parallèles du Sud

30.10 - 21.12.2020

​Istituto Italiano di Cultura - Marseille 

6, rue Fernand Pauriol - 13005 Marseille

INFO:

Jours d'ouverture : lundi au vendredi et les weekends du 31 octobre-1er novembre et

5-6 décembre

Horaires d'ouverture : lundi - vendredi : 09h - 12h30 et 14h - 17h30 | Weekends : 11h - 19h

+33 (0)442524240 ​ iicmarsiglia@esteri.it

 

ENGLISH: Manifesta 13 profile.

Follow us on Facebook:

https://www.facebook.com/RueDAlger